Rencontre avec Silvia Tolve,
Responsable des Programmes et des Partenariats
AMREF Flying Doctors

Selon Silvia Tolve, la formation à distance (e-learning) est un outil très efficace pour renforcer les capacités des sages-femmes. « Après 10 ans d’expérience en Afrique, nous pouvons dire que c'est une façon d'accélérer la formation et de la rendre plus accessible – géographiquement et aussi financièrement ».

L’AMREF Flying Doctors, première ONG dans la santé publique en Afrique, a été mandatée par l’ Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) pour aider les gouvernements de plusieurs pays identifiés comme prioritaires dans la mise en place de solutions innovantes pour améliorer la formation des sages-femmes. En Afrique de l’Ouest, ce travail est accompli à travers le Programme de Renforcement des Capacités des Infirmiers et Sages-femmes, ou PRECIS.

En  2011, l’AMREF a lancé une campagne internationale sous le nom de Stand Up for African Mothers, avec l’objectif de former 15 000 sages-femmes pour réduire de 25 % la mortalité maternelle en Afrique sub-saharienne. PRECIS est la déclinaison  de cette campagne en Afrique de l'Ouest.

E-learning, programme pilote au Sénégal

Le programme pilote de PRECIS a été lancé au Sénégal en 2014 avec la création de 10 centres régionaux d’e-learning à travers tout le pays (à terme ils seront 14). Ces centres sont équipés en ordinateurs, modems, casques, imprimantes, câbles et matériels de connexion. Pour renforcer la formation « hors connexion », des clés 3G contenant tous les cours ont été distribués aux étudiants. L’objectif de PRECIS : former du personnel soignant en capacité de faire face aux besoins prioritaires des mères et nouveau-nés, et réduire l'isolement des personnels de santé tout en augmentant leurs compétences.

7 pays cibles en Afrique de l’Ouest

Au total, PRECIS sera déployé dans 7 pays. Après le lancement au Sénégal, le programme est en plein déploiement en Côte d’Ivoire, où des études de capacité ont débuté fin 2014. « Dans ce pays, il y a un vrai besoin d'enseignants, qui pour la plupart se trouvent dans la capitale d’ Abidjan. Grace à l’e-learning, le professeur peut donner son cours à la fois en présentiel et à distance. C'est une solution qui permet d’avoir le personnel là où nous en avons besoin », explique Silvia. La première promotion e-learning en Côte d’Ivoire est attendue en 2016

Le Bénin est le troisième pays cible du programme. « Nous allons  effectuer la restitution nationale au Bénin, et nous en saurons davantage fin 2015. Il faut toujours passer par cette première étape pour identifier les besoins de formation et s’assurer que les conditions sont réunies pour démarrer la formation ». Ensuite PRECIS sera mis en place dans 4 autres pays prioritaires : Guinée-Conakry, Mali, Togo et Burkina Faso. L’AMREF identifie des cibles spécifiques dans chaque pays et applique une méthodologie adaptée à son contexte politique, sanitaire, etc.

 Une démarche fondée sur le partenariat

L’AMREF noue de nombreux partenariats avec des acteurs locaux et des institutions nationales ainsi que des partenaires techniques et financiers. « AMREF intervient toujours en appui de la formation nationale » dit Silvia. « Nous travaillons main dans la main avec les institutions nationales, le ministère de la Santé et de l’Éducation, pour faire le point sur les formations proposées. C'est la  meilleure façon d'être efficace, parce que les pays gardent leur autonomie. Ils possédèrent les structures et les compétences qui vont rester même quand l’AMREF ne sera plus là ».

 Harmoniser la qualité de la formation

Améliorer la qualité de la formation de façon harmonieuse représente un défi. « En plus du déficit en personnel de la pratique obstétrique, nous sommes confrontés à la question de la qualité de la formation : soit le cursus ne répond plus aux enjeux sanitaires d'aujourd'hui, soit il faut combler un écart dans la formation reçue » précise Silvia, en expliquant qu’il est essentiel de fixer les normes de qualité que chaque école doit respecter. L’OOAS en Afrique de l’Ouest effectue un travail de normalisation et d’harmonisation de la formation de la sage-femme, une bonne façon de renforcer les capacités et d’assurer la qualité de cette formation.

 Capitaliser sur l’expérience avec l’e-learning

La formation à distance donne la possibilité de s’affranchir des contraintes géographiques et évite de démobiliser les personnels soignants déjà en activité. Les étudiants bénéficient d'un apprentissage mixte entre formation à distance, présentiel et coaching. « L’approche e-learning permet d’optimiser les coûts et il est facile d’appliquer le programme à d’autres pays. C’est la capitalisation de notre expérience » explique Silvia.  « Nous sommes motivés pour investir beaucoup d'énergie sur un projet en sachant qu'il n'est pas fixé dans un seul pays, et pourra être répliqué dans d'autres pays. » Autre avantage de l’e-learning : « C’est un très bon dispositif de suivi du programme parce que tout est enregistré ».

 Défis et satisfactions

Aujourd’hui, un défi à relever concerne les lieux de stage, où beaucoup reste à faire, surtout pour améliorer l’équipement des maternités afin de recevoir les stagiaires en maïeutique. En revanche, Silvia constate avec satisfaction le taux élévé d'utilisation de la plateforme d’e-learning, qui témoigne de l’enthousiasme des étudiants. « L'utilisation de la plateforme dépasse nos attentes. Le taux est très élévé pour les quiz et les forums de discussions entre étudiants, tuteurs  et enseignants.

« La motivation est la base de la réussite du  programme, en travaillant avec les référents locaux pour créer quelque chose de durable » conclut-elle.


En savoir plus


Vous devez être membre de santematernelle.pro pour ajouter des commentaires !

Join santematernelle.pro

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes répondent –

Bibliothèque

Managers RHS
Accessibilité
Chercheurs
UNFPA
Qualité
Article scientifique
Pratique médicale
Planification
OMS