Le premier congrès de la Fédération des Associations de Sages-Femmes d’Afrique Francophone (FASFAF) s’est tenu au Centre International des Conférences de Bamako du 27 au 29 octobre 2015 sous le thème du « rôle de la sage-femme dans la réduction de la mortalité maternelle néonatale et infantile. Quels défis pour les systèmes de santé en Afrique ? » Cet évènement a été l’occasion d’échanger sur les  avancées de la pratique et sur les préoccupations de la profession. Ainsi ont pu être abordés et débattus lors de plus de 90 sessions la formation des sages-femmes, leur disponibilité et déploiement dans les zones rurales et défavorisées, et leur rôle dans la planification familiale, dans le dépistage des cancers gynécologiques et mammaires, dans l’eTME et dans la société africaine.

Ce premier congrès nous a permis de rencontrer des présidentes d’associations nationales de sages-femmes : Mme Fall, Présidente de l’Association sénégalaise des sages-femmes, Mme Adandogou, Présidente de l’Association togolaise des sages-femmes, Mme Atchoumi, Présidente de l’Association camerounaise des sages-femmes ainsi que les présidentes de fédérations de sages-femmes, Mme Madeline Monteiro, Présidente de la fédération internationale des sages-femmes et Mme Fatoumata Maïga, Présidente de la FASFAF et organisatrice de l’évènement. A la lumière de leurs expériences étendues comme sages-femmes dans des contextes particuliers et bien différents, les présidentes reconnaissent l’expertise essentielle des sages-femmes dans la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile et sa place prépondérante et incontournable au sein des ressources humaines dans la santé, dans les communautés et dans la société africaine. Elles s’accordent sur plusieurs points essentiels abordés lors de ce premier congrès sur le métier sages-femmes :

L’importance de la formation et du curriculum

Une formation spécialisée de sage-femme renforce le rôle de la sage-femme dans le milieu sanitaire mais également dans la société, au contact des communautés. Il est donc essentiel pour ces communautés d'avoir l'appui sur le terrain d'encadrement compétent de niveau Master. Dans cette perspective, l’OMS d’une part et l'Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) en collaboration avec les pays membres de la CEDEAO d’autre part , ont élaboré les curricula harmonisés de formation des sages-femmes (format LMD) en vue de répondre aux nouvelles tendances et aux changements qui s'observent dans l'évolution des maladies et dans les comportements des populations et des personnels de santé.

Cette harmonisation des programmes vise à mettre en adéquation la formation reçue et les tâches attendues et pratiquées sur le terrain, à favoriser le développement en ressources humaines de qualité en facilitant la mobilité des étudiants et des personnels de santé dans les pays de l’espace CEDEAO et d’appliquer l’approche par compétences (APC) comme méthodes pédagogiques.

La société africaine saisit l’opportunité donnée par les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC ou TIC) et met en pratique de nouveaux modes d’apprentissage pour les sages-femmes. Ainsi  l’AMREF, première ONG de santé publique en Afrique, développe des formations à distance spécifiques aux besoins des sages-femmes. Les participantes au premier congrès de la FASFAF s’accordent à dire que ces formations à distance sont pertinentes et les modules enseignés concourent au renforcement des compétences techniques et législatives. Ces TIC aident ainsi à la diffusion des enseignements et apportent un complément utile aux enseignements plus traditionnels en présentiels cependant incontournables.  Il faut également préciser que ces formations à distance rencontrent, malgré l’enthousiasme des bénéficiaires, des difficultés liées au manque de connaissance en TIC des participants, au déficit d’équipement et de matériels informatiques ainsi qu’à la mauvaise qualité de la connexion Internet.

Le rôle de la fédération et des associations de sages-femmes

La tenue de ce premier congrès de la FASFAF marque un tournant car il contribue à la consolidation de la profession sage-femme. Les présidentes d’associations de sages-femmes ont insisté sur le rôle de leurs associations à renforcer les compétences des membres, à émanciper les femmes au sein de groupements féminins. Le travail mené par les associations de sages-femmes a permis l'élaboration d’un code de conduite pour la profession sage-femme. Elles participent ainsi à la mise en place d’une réglementation pour encadrer et protéger la pratique et la profession, et doivent porter la création d’un ordre des sages-femmes.

Les associations jouent un rôle essentiel d’éducation auprès des communautés et leur interaction avec la société civile est primordiale afin :

•    d'accroître la participation communautaire par des campagnes de sensibilisation
•    d'informer la société sur le rôle de la sage-femme
•    de renforcer la qualité des formations et des contenus pédagogiques ciblés

Cependant, le rôle des associations ne sera effectif que lorsque celles-ci seront pleinement fonctionnelles, qu'elles auront par exemple un siège avec un équipement informatique où pourront se tenir des réunions. Ce n’est malheureusement pas le cas pour toutes les associations à l'heure actuelle. L’accompagnement des autorités est également un gage de réussite du développement des associations et de leurs actions.

Le rôle de la communauté de pratique de RH/SMNI et de la plateforme santematernelle.pro

Les sages-femmes et présidentes d’associations interrogées voient un intérêt certain dans la plateforme santematernelle.pro mais reconnaissent des problèmes contextuels associés à l’utilisation de cette plateforme : manque de connaissances en technologies de l’information et de la communication, et manque d’infrastructures de connexion, rendant l’expérience en ligne de la plateforme difficile et parfois contraignante. Ces difficultés sont liées au contexte particulier de la profession sage-femme en Afrique francophone.

En outre, l’intérêt pour cette profession de bénéficier gratuitement d’une plateforme comme santematernelle.pro suscite des besoins spécifiques. La plateforme santematernelle.pro doit :

•    participer au renforcement des capacités en apportant un accès à l’information, à la documentation, et aux travaux de référence dans le domaine d’activité des sages-femmes et de la SMNI

•    permettre de consulter des informations sur les formations, sur les différents diplômes disponibles dans tel ou tel pays, ainsi que des contenus de formation

•    jouer un rôle important dans le partage des expériences et du vécu des sages-femmes, des problèmes rencontrés et des solutions trouvées par certaines dans leur contexte particulier

•    donner l'occasion de rencontrer des experts via la plateforme
renforcer la visibilité de la profession sage-femme et participer ainsi à sa vulgarisation et à sa promotion

A la suite de ce congrès riche de rencontres et d'échanges, les présidentes d’associations de sages-femmes sont déterminées à assurer une véritable mobilisation des collègues, sages-femmes et autres professionnels au sein de leurs antennes régionales, amicales et districts pour renforcer la participation sur la plateforme santematernelle.pro et ainsi élargir les débats et discussions en ligne, au profit de tous.

Les recommandations des sages-femmes réunies lors de ce 1er congrès

Les sages-femmes réunies lors de ce 1er congrès de la FASFAF se sont engagées à jouer pleinement leur rôle dans la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile en assurant:

  • l'assistance qualifiée des accouchements;
  • l'administration dds soins obstétricaux et néonataux d'urgence de bases adaptées aux différentes complications;
  • l'intégration des services de S R;
  • l'élimination de la transmission mère-enfant du VIH;
  • le dépistage des cancers du col de l'utérus et du sein par les méthodes d'inspection visuelle et de l'auto examen des seins;
  • la promotion de la planification familiale et particulièrement les méthodes de longue durée d'action;
  • la sensibilisation des familles, des communautés en matière de santé sexuelle et reproductive.

Elles recommandent ainsi aux gouvernements de:

  • créer un environnement qualifiant pour la pratique de la profession sage-femme;
  • diligenter la création des ordres de sages-femmes dans les pays;
  • introduire le système LMD dans les institutions de formation des sages-femmes et de prendre des mesures transitoires pour les promotions antérieures à ce système;
  • soutenir les associations de sages-femmes afin qu'elles puissent jouer pleinement leur rôle dans la mise en oeuvre des politiques nationales de santé;

Elles recommandent à la Fédération d'assurer le suivi de la mise en œuvre de l'ensemble de ces recommandations dans les pays membres de la FAFSAF et aux partenaires techniques et financiers d'apporter leur appui à la mise en œuvre et au suivi des recommandations de ce congrès. Elles recommandent à la société civile d'exiger des gouvernements le respect des engagements pris en matière de réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile.

Vous devez être membre de santematernelle.pro pour ajouter des commentaires !

Join santematernelle.pro

Balises : fasfaf, sages-femmes
M'envoyer un e-mail lorsque des personnes répondent –

Bibliothèque

Managers RHS
Accessibilité
Chercheurs
UNFPA
Qualité
Article scientifique
Pratique médicale
Planification
OMS