L'évolution des populations engendrera une demande de 40 millions nouveaux emplois de personnels de santé d'ici 2030. Toutefois, la plupart de ces emplois seront créés dans les pays riches. Sans action, il y aura un déficit global de 18 millions de personnels de santé pour atteindre et maintenir la couverture sanitaire universelle (CSU), principalement dans les pays à revenu faible et moyen-inférieur.

En réponse à la résolution A/RES/70/183 de l'Assemblée générale des Nations Unies sur «La santé mondiale et la politique étrangère: Renforcer la gestion des crises sanitaires internationales» du 17 décembre 2015, j'ai créé la Commission de Haut Niveau sur l'Emploi en Santé et la Croissance économique le 2 mars 2016 (appélée ci-dessous "la Commission") et l'ai chargé de proposer des solutions à ce défi mondial.

Le rapport de la Commission intitulé «Travailler pour la santé et la croissance: investir dans la main-d'œuvre sanitaire» a été publié le 20 septembre 2016 à New York.

Il introduit une nouvelle approche, en reconnaissant les ressources humaines en santé non comme un coût mais comme un facteur de croissance, un investissement avec des retombées socio-économiques tangibles. Cet investissement renforcera la sécurité mondiale contre les épidémies et d'autres situations d'urgence et aidera les pays à réaliser l'Agenda 2030 (des objectifs de développement durable) pour l'élimination de la pauvreté, la bonne santé et le bien-être, une éducation de qualité, l'égalité entre les sexes et le travail décent et la croissance économique inclusive. Le rapport fait 10 recommandations et propose 5 actions immédiates pour faire progresser l'agenda 2030 pour le développement durable.

Je suis heureux d'accueillir le rapport de la Commission sur l'Emploi en Santé et la Croissance économique. L'épidémie d'Ebola et la crise en Syrie ont illustré de façon trop éclatante l'importance de protéger, de soutenir et d'investir dans les ressources humaines en santé et services sociaux. J'encourage toutes les parties prenantes à examiner le rapport et ses recommandations et à convenir d'une approche pour que tous les pays puissent prendre des mesures audacieuses pour bâtir une main-d'œuvre mondiale et pérenne dans le secteur de la santé et à aligner les investissements publics et privés à cet égard. Les personnels de santé sauvent des vies et sont essentiels à la réalisation des objectifs de développement durable pour assurer une vie saine et promouvoir le bien-être de tous, à tous les âges et partout.

Je félicite les commissaires pour la production de ce rapport important et j'exprime ma gratitude aux coprésidents de la Commission, au Président de la France, M. François Hollande, et au Président de l'Afrique du Sud, M. Jacob Zuma, à la vice-présidente, Mme Margaret Chan, Directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), à M. Angel Gurría, Secrétaire général de l'Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE) et à M. Guy Ryder, Directeur général de l'Organisation internationale du Travail (OIT), aux commissaires et aux groupe d'experts pour leur leadership et leur contribution extraordinaires.

Vous devez être membre de santematernelle.pro pour ajouter des commentaires !

Join santematernelle.pro

Bibliothèque

Managers RHS
Accessibilité
Chercheurs
UNFPA
Qualité
Article scientifique
Pratique médicale
Planification
OMS