Professionnels de la santé

Chaque jour au Burkina Faso, plus de 170 enfants de moins de 5 ans meurent de maladies connues et guérissables. Chaque année, près de 2 600 femmes meurent de complications liées à la grossesse et à l’accouchement. Ces décès sont largement évitables.

Une lettre ouverte aux candidat(e)s aux élections présidentielles et législatives avance deux propositions simples et peu onéreuses qui contribueraient à éviter la plupart de ces drames :

  • la gratuité des soins pour les enfants jusqu’à 5 ans et les femmes enceintes et allaitantes. Cette gratuité, expérimentée par des organisations signataires depuis 7 ans dans 8 districts a multiplié les consultations curatives par 7. La généraliser coûterait 2 700 FCFA par an et par personne (1,5 % du budget national).
  • l’Assurance Maladie Universelle : Le cadre législatif existe.  La mise en œuvre de cette loi reste à réaliser.

En finir avec la mortalité maternelle et infantile au Burkina Faso est une question de choix et de volonté politique.

Parmi les signataires de cette lettre ouverte : Action Contre la Faim, Amnesty International, Save the Children International...

EN SAVOIR PLUS : LETTRE OUVERTE AUX CANDIDATS : « IL EST TEMPS D’EN FINIR AVEC LA MORTALITÉ MATERNELLE ET INFANTILE AU BURKINA ! »

Vous devez être membre de santematernelle.pro pour ajouter des commentaires !

Join santematernelle.pro

M'envoyer un e-mail lorsque des personnes répondent –

Bibliothèque

Managers RHS
Accessibilité
Chercheurs
UNFPA
Qualité
Article scientifique
Pratique médicale
Planification
OMS